Les professionnels de la construction conseillent d’isoler le toit au-dessus des chevrons dans la mesure du possible. L’article explique en détail les coûts d’une telle isolation.

Question : Comment se fait l’isolation sur les chevrons – et quels sont les avantages et les inconvénients ?

Techniquement, il y a trois façons d’isoler les toits :

  • sur les chevrons
  • entre les chevrons (dans ce cas, il faut généralement doubler les chevrons pour pouvoir placer suffisamment de matériau isolant et atteindre les valeurs U requises)
  • sous les chevrons (donc à l’intérieur du toit)

L’isolation entre chevrons et l’isolation sous chevrons peuvent éventuellement être combinées afin d’obtenir des valeurs d’isolation plus élevées.

D’un point de vue technique, ces deux solutions ne sont pas optimales, car il existe toujours un risque de ponts thermiques. Toit isolation. La surface du toit n’est pas entièrement recouverte de matériau isolant, il y a toujours des raccords (par exemple aux fenêtres de toit) qui représentent un risque de ponts thermiques. Même de petites fissures ou des fuites au niveau de la bande pare-vapeur peuvent ici avoir de graves conséquences par la suite. En outre, de petits espaces vides peuvent être négligés ou ne pas être entièrement remplis de matériau d’insufflation – dans ce cas également, un pont thermique risque de se produire, avec une humidité qui se propage et, dans certaines circonstances, des moisissures considérables.

L’isolation sur chevrons et sur toiture crée en revanche une surface d’isolation continue et ininterrompue sur le toit. Elle est étanche au vent, stable et couvre entièrement le toit.

Un autre avantage réside dans le fait qu’aucun espace précieux n’est perdu dans les combles. Isolation toit cathédrale. Les chevrons peuvent même rester sans revêtement, une structure plus haute du côté intérieur n’est pas nécessaire.

Lors de l’installation d’une isolation sur chevrons, le toit est d’abord entièrement recouvert et le lattage est retiré. Sur les chevrons, on pose d’abord ce que l’on appelle un coffrage apparent, puis une couche de pare-vapeur. Isolation toit terrasse. Sur cette couche, on pose une ou deux couches de panneaux isolants indéformables.

Sur le matériau isolant posé selon un système de rainures et de languettes, on pose généralement une sous-couverture qui protège le matériau isolant contre les infiltrations d’eau : (Isolation toiture paille chaux). De telles plaques de sous-couverture (d’environ 15 mm à 30 mm d’épaisseur) ne sont pas nécessaires pour tous les matériaux isolants, il arrive souvent que l’on installe simplement un écran de sous-toiture.

Un nouveau lattage est ensuite posé sur ces couches, sur lesquelles la couverture de toit peut ensuite être fixée à nouveau.

Les matériaux d’isolation utilisés peuvent être très différents :

  • XPS
  • PUR
  • Panneaux de fibres de bois
  • Panneaux de chanvre
  • Panneaux en laine de verre
  • Panneaux en laine de roche
  Transformation de la maison : quels sont les coûts à prévoir ?

Ce qui importe avant tout, c’est ce que l’on appelle la « tenue » de l’isolation, c’est-à-dire que les panneaux isolants doivent être particulièrement stables dans leur forme et ne pas se déformer sous l’effet des fréquentes variations de température auxquelles est soumis un toit.

Dans certains cas, on utilise également des systèmes complets dans lesquels des couches d’aluminium sont déjà contrecollées sur les panneaux isolants, ce qui rend superflue la structure classique en couches composée d’un pare-vapeur, d’un matériau isolant et d’une sous-couverture – les trois couches peuvent être appliquées en une seule opération.

Pour un toit en ardoise, une isolation entre chevrons est une meilleure alternative.

L’isolation sur toiture peut poser problème lorsqu’il s’agit d’un toit en ardoise : Isolation toiture paille en vrac. L’ardoise doit être clouée, ce qui implique l’utilisation d’un matériau d’isolation spécial et clouable.

Dans les maisons mitoyennes, le toit plus haut après l’isolation peut être désagréable à voir. Dans ce cas, l’isolation sur le toit est souvent problématique – mais le cas échéant, il est possible de travailler avec un matériau isolant très mince et très performant, qui permet d’atteindre les valeurs de transmission thermique requises avec des couches de 10 mm d’épaisseur seulement.

Dans les cas extrêmes, un toit nettement plus haut, notamment pour les maisons mitoyennes, peut non seulement avoir un effet visuel très gênant, mais peut même nécessiter un permis de construire en raison de l’écart.

Sinon, à part les coûts élevés, il n’y a guère d’inconvénients à l’isolation sur chevrons.

Question : C’est déjà le point principal : combien coûte une isolation sur les chevrons ?

On ne peut le dire qu’approximativement – les coûts dépendent à la fois de la situation sur place et du matériau d’isolation choisi.

En règle générale, on peut toutefois s’attendre à des coûts de l’ordre de 150 EUR par m² à 200 EUR par m².

C’est un montant relativement élevé – surtout en comparaison avec l’isolation entre et sous les chevrons (Toit isolation chaleur). Il faut toutefois tenir compte du fait que cela s’explique par les coûts fixes élevés de la couverture et de la remise en place du toit, qui nécessitent également l’utilisation d’un échafaudage.

En règle générale, cela ne vaut donc la peine que si l’on prévoit de toute façon de faire refaire le toit – dans ce cas, ces frais fixes représentent ce que l’on appelle des « frais non couverts », dont il ne faut pas tenir compte dans le calcul de rentabilité de l’isolation.

Un petit exemple de coûts dans la pratique

Nous avons l’intention d’aménager les combles de notre maison individuelle des années 70 dans un avenir proche. Toit isolation cout. Une isolation du toit est donc nécessaire.

Notre toit est un simple toit à deux versants avec une pente de 45° (Toit isolation interieur). La surface du toit est de 100 m².

Il ne s’agit ici que d’un seul exemple de coût pour un toit et un type d’isolation bien précis. Les coûts peuvent être très différents dans d’autres cas.

  Coûts de la charpente : peut-on les calculer en ligne ?

Dans notre cas, nous avons calculé séparément les coûts non couverts, car nous souhaitons effectuer un calcul d’amortissement précis par la suite : Toit isolation paille. Les coûts de la couverture du toit (matériaux) se situeraient entre 700 EUR et 3.000 EUR, selon le type de couverture que nous choisirons ensuite.

Question : De quels facteurs dépendent les coûts de l’isolation sur chevrons ?

Le prix total se compose de nombreux facteurs différents.

Le prix total se compose de nombreux facteurs différents.

Ici, il faut absolument prendre en compte certains éléments :

  • le type de toit et la pente du toit
  • la géométrie du toit en détail
  • la taille du toit
  • le nombre de lucarnes, de noues et de chéneaux existants
  • le matériau d’isolation choisi
  • l’épaisseur du matériau isolant
  • la structure des couches et les matériaux supplémentaires choisis

Il faut donc toujours planifier individuellement pour parvenir à une estimation solide des coûts. Il est également recommandé de toujours faire appel à un conseiller en énergie qui calculera l’épaisseur d’isolation minimale nécessaire et l’épaisseur d’isolation réellement rentable, et qui pourra calculer les économies d’énergie futures. Toit isolation par l’extérieur. Cela permet de déterminer la vitesse à laquelle la mesure d’isolation sera amortie.

Question : pourquoi le type de toit et l’inclinaison du toit sont-ils déterminants pour le coût de l’isolation thermique ?

Les deux, aussi bien le type de toit que l’inclinaison du toit, déterminent, pour une surface au sol donnée, la taille de la surface du toit.

Un toit en croupe, par exemple, a une surface de toit presque deux fois plus grande qu’un toit à deux pans classique, un toit en appentis a une surface de toit environ 30 % plus petite que le toit à deux pans très répandu – mais doit en revanche être pourvu d’épaisseurs d’isolation généralement plus importantes.

Cela joue évidemment un rôle décisif dans le coût total des travaux.

Question : Les lucarnes et les noues augmentent-elles encore le coût des travaux ?

Oui, exactement. Les lucarnes, les noues et les chéneaux, tout comme les pans de toit en angle et autres géométries de toit compliquées, augmentent le travail de pose de l’isolation, tout comme le travail de couverture.

Au final, cela se ressent considérablement sur les coûts.

Il est vrai qu’un grand nombre de fenêtres de toit peut également rendre les travaux plus coûteux, mais dans ce cas, les dépenses supplémentaires sont généralement bien moindres, de sorte que cela ne pèse pas trop dans la balance.

Question : Quelles sont les différences de coûts entre les matériaux d’isolation ?

Ici, cela dépend toujours de quelques facteurs :

  • le groupe de conductivité thermique du matériau (par ex. WLG 035 = valeur de transmission thermique de 0,035

W/mK)

  • l’épaisseur de matériau choisie
  • le type de matériau
  • les caractéristiques techniques du matériau (stabilité dimensionnelle, couches contrecollées, etc.)

En principe, plusieurs voies mènent au but : des couches épaisses avec des matériaux moins isolants ou des matériaux de classe de conductivité thermique inférieure dans des couches moins épaisses. Les coûts varient en conséquence.

Dans la plupart des cas, vous pouvez toutefois compter sur environ 20 EUR par m² à 40 EUR par m² pour le matériau.

L’épaisseur du matériau isolant a une grande influence sur le prix.

  Nouveau toit de garage : quels sont les coûts à prévoir ?

Il faut toutefois tenir compte du fait que tous les matériaux ne se posent pas avec la même efficacité – pour les matériaux dont le prix est inférieur à la valeur de transmission thermique choisie, cela peut tout à fait être compensé dans la pratique par un travail plus important lors de la pose, de sorte que le coût total n’est pas beaucoup plus bas au final.

En outre, la planification individuelle par le couvreur est toujours décisive – outre le prix, il faut toujours tenir compte de certaines propriétés techniques des matériaux lorsqu’il s’agit de déterminer s’ils conviennent à un toit donné. Il ne faut en aucun cas se focaliser uniquement sur le prix – et ne pas économiser sur l’isolation. Toit isolation prix. Compte tenu des frais annexes déjà très élevés pour l’installation, cela n’en vaut pas la peine.

Question : Quand une isolation sur toiture est-elle rentable ?

Comme nous l’avons déjà mentionné, les frais annexes élevés liés au démontage et au remontage du toit ainsi qu’à la rénovation du lattage posent problème lorsqu’il s’agit de la durée d’amortissement.

Si ces coûts ne sont pas des coûts non liés à une nouvelle couverture nécessaire, la période d’amortissement sera très longue – si tant est qu’elle soit rentable un jour.

Prenons un exemple : Dans notre cas, l’isolation nous permet de réduire mathématiquement nos frais de chauffage de 4,50 EUR par m² et par an.

Dans notre cas, les coûts d’isolation thermique purs seraient donc amortis au bout d’environ 7,5 ans : Toit isolation sarking. Ensuite, nos frais de chauffage seraient durablement inférieurs de 630 EUR.

Mais si l’on tient compte des coûts non couverts, la rentabilité est nettement moins bonne : La durée d’amortissement passerait dans ce cas à plus de 24 ans – de ce point de vue, il est donc difficile de considérer la mesure comme économiquement rentable.

Cela devient donc toujours problématique lorsqu’une nouvelle couverture du toit n’est pas absolument nécessaire. On peut certes argumenter que la pose d’une nouvelle couverture rendra les frais d’entretien et de réparation du toit quasiment nuls au cours des 20 à 30 prochaines années, mais cet argument n’est guère valable pour un toit relativement neuf et en bon état.

Si la rénovation d’un toit est prévue au plus tôt dans 10 à 20 ans et que l’isolation thermique est la seule raison des travaux, il convient de se demander si l’entreprise est réellement rentable.

Étiqueté dans :

, ,