L’eau comme fluide caloporteur n’est pas une nouveauté, mais l’eau congelée comme réservoir de chaleur l’est. Chauffage installation. Pour cela, il faut un accumulateur de glace, une installation solaire et une pompe à chaleur. L’association de ces trois éléments permet de construire une installation de chauffage très économique et très écologique. L’expert en contrôle des coûts explique dans notre interview à quels coûts il faut s’attendre pour l’accumulateur de glace et l’ensemble de la technologie.

Question : Quel est le coût d’un accumulateur de glace ?

Dans le cas d’un chauffage à accumulation de glace, l’accumulateur de glace n’est bien sûr qu’une partie de l’ensemble de l’installation – mais la plus importante et, dans de nombreux cas, la plus chère.

Rien que pour l’accumulateur de glace, il faut généralement compter des coûts d’au moins 10 000 euros.

Si l’on calcule les coûts des autres éléments de l’installation (installation solaire, pompe à chaleur), on obtient des coûts au moins aussi élevés, selon le système utilisé et le dimensionnement nécessaire. Tout cela vaut tout d’abord pour les nouvelles constructions, pour des besoins en chauffage relativement faibles (bâtiment très bien isolé) et pour une utilisation aussi efficace que possible de la chaleur latente présente dans l’eau qui gèle pendant le processus de cristallisation.

  Nettoyage du toit - ces frais peuvent être occasionnés

Une installation dans un bâtiment ancien – en tant qu’équipement complémentaire ou rénovation du chauffage – ne peut pas être calculée de manière globale, car des adaptations parfois importantes, voire très importantes, peuvent être nécessaires dans certains cas, en fonction des conditions existantes. Dans de nombreux bâtiments anciens, un équipement ultérieur n’est même pas possible en raison de la situation locale.

Subventions possibles

Jusqu’à présent, les coûts d’acquisition élevés ne sont pas atténués par des aides spécifiques, car la technologie est encore relativement nouvelle et l’expérience à long terme fait défaut. Le cas échéant, il est possible d’obtenir une aide pour la pompe à chaleur (environ 4.500 EUR) si l’installation dans un bâtiment ancien est nécessaire. Toutefois, compte tenu des coûts d’acquisition et d’installation parfois très élevés, cela ne permet pas vraiment de réduire les coûts de manière significative.

Avantage en termes de coûts d’exploitation

Avec des systèmes planifiés de manière optimale, les coûts de chauffage prévus sont d’environ 3 EUR par m² et par an. Pour une maison individuelle de 150 m², cela correspond à des frais de chauffage annuels d’environ 500 EUR. Il s’agit d’un système de chauffage stable, nécessitant peu d’entretien et presque autonome, qui ne nécessite aucun autre moyen de chauffage.

Cette valeur idéale représente environ la moitié de ce que coûteraient actuellement les chauffages modernes au gaz ou au fioul. Même les chauffages à pellets, dont les coûts d’acquisition peuvent être aussi élevés, sont encore supérieurs en termes de coûts de chauffage.

  Equilibrage hydraulique - quels sont les coûts ?

Si l’on peut également produire soi-même l’électricité nécessaire à la pompe à chaleur (espace suffisant sur le toit pour une grande surface de capteurs photovoltaïques ou un système combiné), les coûts de chauffage pourraient théoriquement être encore réduits.

Exemple de coûts dans la pratique

Nous faisons installer un chauffage à accumulation de glace dans notre maison récemment construite d’une surface habitable de 140 m².

Les coûts indiqués ici se réfèrent à une planification concrète, adaptée aux besoins de chauffage individuels de la maison et à certaines conditions locales. Les coûts de l’accumulateur de glace et des autres composants de l’installation de chauffage peuvent varier considérablement en fonction du dimensionnement nécessaire et des conditions locales et architecturales individuelles.

Question : Qu’est-ce qui détermine le coût d’un accumulateur de glace ou d’un chauffage à accumulation de glace ?

Les coûts dépendent de manière décisive de la consommation respective.

Il faut tenir compte ici :

  • le dimensionnement nécessaire
  • les coûts d’installation et de raccordement
  • les coûts des autres éléments de l’installation ainsi que leurs frais de montage
  • le besoin en chaleur de chauffage donné
  • le coût des travaux d’adaptation éventuellement nécessaires dans l’ancien bâtiment
  • le cas échéant, les éventuelles subventions à percevoir

Question : A quoi faut-il faire attention lors de la planification ?

L’installation devrait en tout cas être planifiée de manière suffisamment grande.

Il est en tout cas important de dimensionner l’installation suffisamment grande et d’exploiter au maximum la chaleur latente disponible, ce qui est souvent mieux réussi avec des installations de dimensions un peu plus grandes.

  Nouvelle pompe de chauffage : quels coûts faut-il calculer ?

Le cas échéant, il est également recommandé d’attendre encore un peu avant de planifier et d’acheter, jusqu’à ce que l’on dispose de plus d’expériences réelles à long terme avec le système – et éventuellement aussi d’une aide correspondante de la part de l’État. Comme pour les pompes à chaleur, on peut tout à fait partir du principe que le montant de la subvention sera alors adapté aux coûts élevés.

Si l’on construit trop tôt l’installation à ses propres frais, on risque de perdre une somme d’argent considérable.

Étiqueté dans :

, ,