Lorsqu’il faut travailler sur la façade ou le toit, on ne peut généralement pas se passer d’un échafaudage. Cet article vous explique en détail quels sont les coûts à prévoir pour un échafaudage et quel est le prix d’achat ou de location.

Question : Quand a-t-on besoin d’un échafaudage ?

Lorsque l’on travaille sur la façade ou le toit, on ne peut pas se passer d’un échafaudage. Mais vous avez également besoin d’un échafaudage lorsque vous remplacez par exemple des fenêtres à des étages supérieurs. Cela vaut également si l’on effectue les travaux soi-même, ce à quoi de nombreux bricoleurs ne pensent pas. Un échafaudage nécessaire peut entraîner des coûts supplémentaires considérables qui sont souvent oubliés lors du calcul des travaux à réaliser soi-même.

Question : Quel est le coût forfaitaire d’un échafaudage ?

Cela dépend bien sûr de nombreux facteurs. En principe, vous pouvez acheter un échafaudage (si vous en avez besoin plus souvent) ou le louer et le faire installer pour la durée des travaux.

Dans les deux cas, vous devez toujours considérer le type d’échafaudage et l’équipement dont vous avez réellement besoin. Là aussi, le prix peut varier considérablement.

Question : Quel est le coût approximatif à prévoir si l’on achète un échafaudage neuf ?

Un simple échafaudage roulant coûte environ 500€ neuf.

Un simple échafaudage roulant coûte environ 500€ neuf.

Si vous achetez un échafaudage neuf, vous devez compter à partir d’environ 500 euros pour un échafaudage roulant simple. À cela s’ajoutent les équipements supplémentaires dont vous avez besoin.

Pour un échafaudage de façade complet, vous devrez dépenser beaucoup plus d’argent : Il faut compter à partir d’environ 6 000 euros pour 100 m² d’échafaudage. Ici aussi, les accessoires nécessaires sont en sus. C’est donc une entreprise coûteuse.

Un exemple de coût :

Une surface de façade de 100 m² doit être échafaudée, un « paquet d’échafaudage » prêt à l’emploi doit être utilisé.

Pour être complet, voici un exemple de coût pour un échafaudage mobile (échafaudage roulant)

Question : Quels sont les facteurs qui déterminent le prix d’un échafaudage ?

De nombreux facteurs différents entrent en ligne de compte pour le prix d’un échafaudage :

  • le type d’échafaudage et le type d’échafaudage
  • le matériau de l’échafaudage (aluminium ou acier)
  • la hauteur de travail de l’échafaudage
  • la largeur de l’échafaudage
  • la largeur (profondeur) des surfaces de l’échafaudage
  • la capacité de charge des plans d’échafaudage
  • les éventuels dispositifs de sécurité

Le prix des échafaudages peut donc varier très largement en fonction des besoins.

Question : Quelle est la différence entre les types d’échafaudages ?

Les échafaudages se distinguent entre autres par leur charge utile.

Les échafaudages se distinguent entre autres par leur charge utile

Selon la classification officielle, les échafaudages font partie de ce que l’on appelle des groupes d’échafaudages : Les échafaudages du groupe d’échafaudages 1 ne sont par exemple autorisés que pour les travaux d’inspection, mais pas pour l’exécution de travaux sur ces échafaudages, qui ont en revanche une faible largeur de platelage et une charge utile quasi nulle. Les échafaudages du groupe 2 ne permettent que de petits travaux sur une façade.

Ci-dessous un aperçu

Il faut donc toujours garder à l’esprit les travaux pour lesquels on a besoin d’un échafaudage. L’exécution peut également varier en fonction des travaux :

  • un échafaudage de façade comme échafaudage de travail (la variante la plus fréquemment rencontrée)
  • un échafaudage roulant (léger et mobile, mais pas disponible dans tous les groupes d’échafaudages)
  • des échafaudages de toit spéciaux (pour les couvreurs)

Le type de construction est également différent : les échafaudages modulaires sont par exemple les plus résistants, les échafaudages à cadre sont également fréquents. L’échafaudage éclair, quant à lui, est un échafaudage « polyvalent », mais aussi la variante qui convient probablement le mieux aux utilisateurs privés dans la plupart des cas.

Question : En bref, vaut-il la peine d’acheter un nouvel échafaudage ?

Dans de très rares cas. Comme nous l’avons déjà mentionné, il faut prendre en compte les différents scénarios d’utilisation si l’échafaudage doit être utilisé de manière universelle. Cela signifie que dans certains cas, il faudra acheter des accessoires supplémentaires.

L’achat d’un échafaudage d’occasion peut s’avérer intéressant dans de rares cas, par exemple lorsque l’on effectue soi-même de nombreux travaux. Voici quelques exemples :

Acheter des échafaudages d’occasion permet d’économiser de l’argent.

Les échafaudages roulants d’occasion de taille suffisante sont nettement moins chers, mais ne peuvent pas être utilisés pour tous les travaux. Ce type d’échafaudage convient pour les petits travaux personnels à une hauteur de travail pas trop élevée et avec peu de matériel stocké. Il faut toujours voir ce dont on a réellement besoin.

Question : Quelle est la différence entre les échafaudages en aluminium et en acier ?

En bref : dans la capacité de charge. Les échafaudages en acier sont nettement plus stables et permettent donc des hauteurs plus importantes. Dans la plupart des cas, les échafaudages en acier sont également utilisés pour les échafaudages très larges (profonds).

L’inconvénient des échafaudages en acier est toutefois leur poids élevé. Ils sont difficiles à transporter et nécessitent toujours plusieurs ouvriers pour être montés. De plus, la mise en place nécessite toujours l’intervention d’un spécialiste (monteur d’échafaudages).

L’aluminium convient donc mieux aux petites interventions et à l’usage privé. En règle générale, ces échafaudages sont également moins chers.

Question : Est-ce que les frais d’acquisition représentent alors tous les frais auxquels on doit faire face ?

Non, loin de là. Chaque échafaudage doit également être contrôlé à intervalles réguliers par le fabricant pour s’assurer de sa sécurité. Cela entraîne bien sûr des coûts.

Une fois monté, un échafaudage doit généralement être réceptionné pour que les règles de sécurité en vigueur soient respectées. Là aussi, il faut compter les frais à chaque fois. Pour certains échafaudages, il est nécessaire de faire appel à un monteur d’échafaudages qui supervise la mise en place, ce qui a un coût.

Question : Quelles sont les possibilités d’économiser de l’argent lors de l’achat d’un échafaudage ?

En théorie, plusieurs possibilités sont envisageables :

1. acheter l’échafaudage pour des travaux, le revendre ensuite

2. acheter l’échafaudage pour des travaux à plus long terme, le revendre ensuite

3. louer l’échafaudage

4. acheter des échafaudages d’occasion, comme mentionné précédemment

Question : Est-ce qu’une revente en vaut la peine ?

Cela vaut la peine de revendre l’échafaudage après utilisation.

Cela vaut la peine de revendre l’échafaudage après usage.

En général oui, dans de nombreux cas, on sort avec des coûts de plus ou moins zéro. Les prix des échafaudages sont tout à fait constants, surtout si on les achète d’occasion. En revanche, pour les échafaudages neufs, on perd généralement de l’argent à la revente.

Les coûts que l’on ne récupère pas sont toutefois les coûts liés à la mise en place d’un échafaudage, et à la réception de l’échafaudage par un spécialiste. Mais cela dépend toujours du type d’échafaudage et des conditions d’utilisation.

Question : Vous avez évoqué tout à l’heure la possibilité de louer des échafaudages – cela pourrait-il en valoir la peine ?

En théorie du moins, il est possible de prêter un échafaudage contre paiement à d’autres utilisateurs privés, alors que l’on n’en a pas besoin soi-même, et de couvrir ainsi au moins les frais courants de stockage et les contrôles de sécurité dus.

Il faut toutefois tenir compte des aspects juridiques et de sécurité : pour louer un échafaudage, il faudrait disposer d’une licence professionnelle et il faut absolument s’abstenir de monter les échafaudages pour d’autres personnes si l’on n’est pas monteur d’échafaudages, sinon il peut y avoir des problèmes de responsabilité.

De plus, cela ne vaut la peine que pour des échafaudages relativement petits, qui peuvent être transportés à peu de frais, de sorte que celui qui les loue puisse si possible les faire enlever lui-même.

Si l’on envisage une telle chose, il faut en tout cas demander un conseil juridique et faire rédiger un contrat de location correspondant par un avocat, afin de ne pas avoir de problèmes de responsabilité et de se prémunir contre tout endommagement de l’échafaudage.

Dans certains cas, l’entreprise pourrait peut-être en valoir la peine.

Question : Une petite question pour finir : pour l’échafaudage – achat ou location ?

Dans la grande majorité des cas, la location d’un échafaudage sera bien plus rentable que son achat, même si l’on en a besoin pour plusieurs travaux ou pour une longue durée.

On n’a pas de travail de mise en place, pas de problèmes de sécurité et on reçoit dans tous les cas un échafaudage adapté à l’utilisation par un professionnel. En outre, toutes les réceptions nécessaires sont effectuées et les exigences de sécurité sont remplies. Pour les périodes d’immobilisation plus longues, les frais supplémentaires sont généralement minimes – une semaine de plus ou de moins n’a donc pas d’incidence sur le prix.

Ce que peut coûter un tel montage d’échafaudage est expliqué en détail et de manière exhaustive à cet endroit.

Conseils &amp ; astuces

En tant que maître d’ouvrage, vous êtes toujours responsable de la sécurité de l’échafaudage lors des travaux. Si tout est monté et réceptionné en bonne et due forme, il n’y a en général pas de problème de responsabilité. La situation devient plus problématique lorsque ce ne sont pas des ouvriers professionnels mais vous-même et quelques assistants qui effectuent des travaux sur l’échafaudage. En ce qui concerne les assistants, vous devez veiller à ce qu’ils soient assurés contre les accidents sur le chantier. Vous pouvez souscrire une assurance-accidents pour les bénévoles auprès de la BG pour environ 1,50 à 2 euros par heure de travail effectuée.

  Quels sont les frais occasionnés par les soins de jour d'un proche ?

Étiqueté dans :

, ,