La patrouille de chiots « Pat Patrouille » arrive dans les salles de cinéma. Les enfants sont unanimes : la série est géniale. Les parents, en revanche, sont divisés. N’est-ce qu’une bêtise commerciale ou est-ce qu’elle a une valeur pédagogique ?

Les épisodes de dix minutes sont une nourriture idéale pour les jeunes enfants.

J’aime bien les amis à fourrure, comme ils s’appellent dans la série pour enfants du Canada doublée en français. En écrivant ces lignes, la musique du générique me trotte même dans la tête. De temps en temps, j’endosse un rôle dans le jeu de notre fils de 4 ans, qui rejoue les aventures de la colonne de sauveteurs canins – et en invente de nouvelles.

Oui, la Pat’Patrouille, où « Pat » signifie patte, n’existe pas seulement en tant que série télévisée animée par ordinateur et, depuis peu, en tant que film de cinéma, il existe un énorme marché de produits dérivés. Premier jour d’école maternelle cette semaine : la moitié des enfants se déclarent fans de la Pat’Patrouille. Qu’il s’agisse du chien policier nommé Chase, qui trône sur un T-shirt, d’un sac à dos la Pat’Patrouille ou de la casquette de baseball avec le pin’s Cockapoowel Skye de notre fils.

Qu’est-ce qui rend la série d’animation par ordinateur si attrayante ?

Bien sûr, c’est d’abord l’action. Les épisodes sont toujours construits sur le même modèle. Les chiens, Chase, Rubble, Rocky, Zuma, Marshall et Skye s’ébattent jusqu’à ce que leur maître, l’écolier Ryder, reçoive un appel d’urgence.

  Fosse sceptique : quels sont les coûts ?

Les chiots sont alertés et se transforment à la centrale en chiens de police, de pompiers ou de pilotes en uniforme. Ils reçoivent à cet effet leur équipement personnel spécial. Après que Ryder les a informés de l’intervention, c’est parti pour une mission de sauvetage – les chiens se laissent transporter dans leur véhicule spécial respectif par un toboggan. C’est un plaisir qui me rappelle ma fascination d’enfant pour la machine à réveiller et à habiller de Wallace dans la série d’animation britannique « Wallace & Gromit ».

Dans la Pat’Patrouille, tout y est : Chiens à poil, gadgets, véhicules, suspense et, bien entendu, tout se termine toujours bien. Les épisodes de dix minutes sont une nourriture idéale pour les jeunes enfants. Certainement pas spirituels, bien sûr. Mais qu’y a-t-il de plus inoffensif ? D’autres formats pour enfants sur Netflix, Youtube et autres m’agacent davantage. Vous connaissez « Leo Truck » ? C’est mauvais. Je préfère voir mon fils s’identifier à un chien plutôt qu’à un camion.

Même les ludothèques n’échappent pas au boom de la Pat’Patrouille. C’est ainsi que depuis peu, nous avons un centre d’intervention géant la Pat’Patrouille dans notre salon. Ma mauvaise conscience d’être le jouet d’une énorme machine de marketing est très limitée.

Mais le meilleur, ce sont les discussions techniques des petits sur les gadgets de la colonne canine. Cela peut parfois dégénérer et, pour les auditeurs adultes, c’est encore plus amusant que les petits films eux-mêmes.

Le but des jouets Pat Patrouille est de transformer les enfants en consommateurs.

Au départ, je voulais juste acheter un garage à jouets pour mon fils. J’avais en tête un petit jouet en bois. Mais ce que les algorithmes de Google ont fait apparaître sur mon écran semblait provenir d’une galaxie très éloignée : une tour de contrôle de 70 centimètres de haut qui inspire la terreur. Bourrée d’installations sonores et lumineuses, dont tout pivote d’une manière ou d’une autre, et d’une laideur plastique choisie, à laquelle les cerveaux des petits enfants réagissent comme les chiens à la nourriture : en bavant et en voulant tout de suite avoir.

  Tablier de volet roulant - quels prix faut-il prévoir ?

Ce que j’ai vu, c’est la Pat’Patrouille Mighty Pups Lifesize Lookout Tower, le « centre d’intervention ultime » d’un groupe de citoyens autoproclamé composé de bébés chiens dans des véhicules encombrants. J’ai immédiatement cliqué sur l’offre. Mais il était trop tard. Les petits chiens ont trouvé un autre moyen de s’installer avec leurs pattes à ventouse dans les cerveaux de mes enfants et dans notre salon.

Pas si mal, en fait. Qu’est-ce qu’on peut trouver de mal à six chiots qui, en uniforme et avec des sacs à dos spéciaux, se déploient à chaque événement imaginable et sauvent tout ce qui n’est pas dans l’arbre. Dans la Pat’Patrouille, tout est très mignon et paisible et pas si mal fait. C’est fait pour que les parents puissent le faire écouter sans crainte à leurs enfants de trois ans : 187 épisodes de onze minutes chacun. Les fans hardcore le regardent aussi plusieurs fois avec une tétine dans la bouche.

Mais le problème de la Pat’Patrouille n’est pas la production télévisuelle. Le problème, c’est que cette série a été conçue dès le départ comme un spot publicitaire pour les jouets de la société Spinmaster. Sur Wikipedia, on peut lire que ses propriétaires commercialisaient déjà des jouets pour enfants en 1994, alors qu’ils étaient encore étudiants.

  Nettoyage du toit - ces frais peuvent être occasionnés

En 2010, ils ont eu la brillante idée d’utiliser le concept de machines transformables pour les enfants de maternelle et de créer une série autour de ce concept. Par Keith Chapman, le créateur de « Bob le constructeur ». C’est lui qui a eu l’idée des chiens, car cela fonctionne mieux pour les filles. Ceux qui se sont déjà demandé pourquoi la patrouille de pattes est si bien équipée que même James Bond en aurait les yeux humides trouveront la réponse dans le prochain catalogue de jouets. De même, l’esthétique encombrante est uniquement due à la motricité fine des jeunes enfants.

De ce point de vue, les chiots ne semblent plus aussi innocents. Leurs actions de sauvetage sans humour n’ont qu’un seul objectif déclaré : transformer les enfants en consommateurs avant qu’ils ne sachent prononcer correctement la Pat’Patrouille.