L’énergie du soleil, mise gratuitement à disposition, est déjà largement utilisée aujourd’hui pour produire de l’électricité à partir de celle-ci. Les éoliennes à usage privé sont encore nettement à la traîne, mais elles sont de plus en plus utilisées. L’article explique en détail quels sont les coûts d’une telle installation et si cela est rentable.

Question : Pourquoi de l’énergie éolienne ? Les grandes éoliennes ne suffisent-elles pas ?

Certes, la France investit chaque année plusieurs milliards d’euros dans des centrales éoliennes afin de réaliser le « tournant énergétique » dont on parle tant – mais il s’agit toujours de très grandes installations communales, dont profitent surtout les grands groupes ou les exploitants. Mais cela n’a pas fait baisser le prix de l’électricité pour les particuliers – plutôt le contraire : il ne cesse d’augmenter.

Mais l’énergie éolienne ne conviendrait de toute façon guère pour couvrir ce que l’on appelle la « charge de base » – et dans la pratique, elle serait jusqu’à présent beaucoup trop chère, malgré toutes les améliorations techniques.

Jusqu’à présent, on n’a pas non plus trouvé de moyen vraiment efficace de stocker de manière judicieuse et pratique l’excédent d’électricité produit – même s’il existe depuis quelques années des projets visant à utiliser les chauffages à accumulation de nuit, qui ne sont plus utilisés mais qui sont encore installés en de nombreux endroits, comme « stockage intermédiaire » pour les quantités d’électricité qui ne sont justement pas nécessaires et qui proviennent des éoliennes. Mais on n’en est pas encore arrivé au stade des réflexions techniques fondamentales.

L’énergie éolienne « à grande échelle » est donc un sujet en soi, et surtout un sujet qui concerne la politique et les grands investisseurs. Il y a certes eu des tentatives de financer les éoliennes très chères (750.000 EUR – 900.000 EUR) par des investissements rentables de nombreux petits investisseurs, mais cela s’est malheureusement souvent avéré économiquement peu viable et de nombreux petits investisseurs n’ont finalement pas touché d’argent pour leur « investissement écologique, prometteur et rentable » et ont perdu une grande partie de leurs économies.

Une éolienne peut compléter une installation solaire

Une éolienne à petite échelle est toutefois – du moins en théorie – un très bon complément à l’installation photovoltaïque sur le toit. Lorsque le soleil brille, il n’y a généralement pas de vent, mais lorsqu’il pleut ou que le temps est mauvais et peu ensoleillé, ainsi que la nuit, le vent souffle souvent. Les deux types d’installations se complètent donc très bien pour produire de l’électricité à tout moment, indépendamment des conditions météorologiques.

Alors que les grandes installations d’une puissance de 1 MW à 2 MW et d’un rendement de 4 millions de kWh à 5 millions de kWh peuvent alimenter entre 1.000 et 1.500 foyers, une petite installation pour une maison individuelle nécessite évidemment une puissance nettement inférieure pour couvrir les besoins en électricité (ou les besoins supplémentaires en électricité en plus de l’installation solaire).

Avec une installation d’une puissance d’environ 5 kW, on est déjà très bien équipé dans la plupart des cas – de telles installations ont typiquement environ 4 m de diamètre.

Les installations verticales (qui n’ont pas de rotor en forme d’hélice, mais qui sont construites comme une colonne tournant sur elle-même) n’ont pas encore réussi à s’imposer et sont parfois encore un peu moins bonnes que les installations à rotor classiques en termes d’efficacité et de fiabilité. Les installations à rotor Darrieus ont certes un bon rendement, mais elles ne sont pas autopropulsées. Les rotors de Savonius à démarrage automatique des installations verticales ont en revanche un rendement nettement moins bon. Contrairement aux éoliennes à rotor, les éoliennes verticales n’ont pas besoin d’être orientées dans la direction du vent.

  Peindre les radiateurs : à quels coûts faut-il s'attendre ?

En ce qui concerne l’adéquation du site, les conditions suivantes s’appliquent très grossièrement :

  • le vent doit pouvoir souffler librement de l’ouest, la direction principale du vent
  • une vitesse moyenne de vent d’au moins 4 m/s doit pouvoir être atteinte à hauteur du rotor
  • la hauteur du rotor doit idéalement être au moins deux fois plus élevée que celle des bâtiments voisins
  • les obstacles élevés devraient être au moins 20 fois plus éloignés que leur hauteur (ce qui signifie, pour une hauteur de 8 m, une distance minimale de 160 m, etc.)

Les cartes officielles des vents ne permettent que partiellement de déterminer si un site est approprié. La plupart du temps, il est indispensable de procéder à des mesures concrètes sur le lieu d’installation prévu, la vitesse du vent étant idéalement enregistrée sur une année entière. Ce n’est qu’ainsi que l’on peut évaluer de manière relativement fiable le niveau de rendement et la rentabilité.

Bien entendu, il faut également calculer les coûts de tous ces travaux préparatoires – auxquels s’ajoutent les coûts de viabilisation et d’étude de projet dans certains cas. En ce qui concerne l’exploitation, il faut prendre en compte les coûts d’entretien et de maintenance qui s’appliquent pendant toute la durée de vie de l’installation (généralement environ 10 ans – 20 ans).

Tous ces coûts doivent bien entendu être pris en compte lorsque l’on décide d’installer une éolienne sur sa propre maison ou son propre terrain.

Question : Quel est le coût des éoliennes dans le domaine privé ?

Une éolienne pour le toit est disponible à partir de 3000€.

Une éolienne pour le toit est disponible à partir de 3000€.

Cela dépend bien sûr toujours du type d’installation, de la puissance nominale ainsi que de l’emplacement et des conditions locales.

Dans la pratique, les coûts totaux se situent aujourd’hui souvent entre 3.000 EUR et 9.000 EUR environ pour les tailles d’installations courantes. Il ne s’agit toutefois que d’une fourchette très approximative et d’une valeur moyenne grossière – les coûts varient souvent considérablement d’un cas à l’autre.

On trouve des micro-installations très petites à partir de 500 EUR – mais la puissance de telles installations et souvent aussi leur efficacité sont très faibles. De plus, le prix ne concerne ici aussi que l’installation elle-même – pas les frais de montage et de raccordement. Ces derniers doivent donc être ajoutés.

Dans la pratique, il faut compter aujourd’hui dans tous les cas au moins 1 500 EUR – 2 000 EUR pour une installation. L’installation, le montage et les raccordements sont également à prendre en compte.

En comparaison avec les installations professionnelles de l’ordre du mégawatt, cela reste bien sûr relativement bon marché. Les petites éoliennes professionnelles d’une puissance de 0,6 MW représentent généralement un investissement d’environ 350.000 EUR à 400.000 EUR, tandis que les éoliennes de 1,2 MW coûtent déjà entre 600.000 EUR et 700.000 EUR. Les éoliennes des parcs éoliens terrestres ont généralement une puissance de 2 MW à 4 MW – et ont donc des coûts d’investissement correspondants.

  Panneaux isolants en fibres de bois : quel prix faut-il prévoir ?

Voici un petit exemple pratique de coûts pour une éolienne privée :

En plus de notre installation photovoltaïque sur le toit, nous voulons faire installer une petite éolienne afin d’augmenter notre rendement électrique.

Nous optons pour une micro-installation d’une puissance de 3 kW, que nous ferons ensuite installer. Nous consommons nous-mêmes l’électricité produite et ne l’injectons pas dans le réseau.

Il ne s’agit ici que d’un exemple de coût unique pour une installation bien précise sur un site donné. Les coûts peuvent varier considérablement pour d’autres installations, en particulier si elles sont de puissance différente ou de fabricants différents.

Question : De quels facteurs dépendent les coûts d’une petite éolienne ?

Il faut bien sûr prendre en compte un certain nombre de facteurs :

  • la puissance nominale de l’installation
  • le modèle de l’installation
  • la réalisation du mât
  • le coût de l’installation
  • le fabricant de l’installation et la qualité de l’installation
  • les frais annexes de raccordement
  • les frais d’autorisation

Tous ces éléments doivent être pris en compte lorsqu’il s’agit de calculer le coût d’investissement de l’installation. Il faut également tenir compte des coûts d’entretien de l’installation.

Question : la qualité peut-elle varier d’un fabricant à l’autre ?

L’apparence et le prix des éoliennes varient fortement d’un fournisseur à l’autre.

L’apparence et le prix des éoliennes varient fortement selon les fournisseurs.

Oui, absolument. Le marché des micro-éoliennes, en particulier, est très confus.

De nombreuses installations de petits fournisseurs vantent des coûts d’acquisition particulièrement avantageux – mais sur le plan technique, beaucoup de ces installations ne sont pas d’un niveau qualitatif suffisant pour résister aux énormes contraintes qui s’exercent sur une éolienne.

Dans la pratique, il faut donc toujours s’en tenir aux fournisseurs dont les éoliennes ont obtenu une certification de qualité correspondante. En règle générale, de telles installations seront toujours un peu plus chères que des produits simples et de moindre qualité sans nom – mais une certification peut facilement coûter jusqu’à 100.000 EUR au fournisseur – ce qui sera bien sûr répercuté sur le prix de l’installation.

Les installations de mauvaise qualité ne sont souvent même pas équipées d’une protection suffisante contre les tempêtes – au premier vent fort, ces installations peuvent être complètement détruites. Cela n’en vaut pas la peine.

En outre, l’état actuel de la technique ne concerne que les éoliennes horizontales. La technique verticale est toujours problématique et souvent nettement inférieure en termes de rendement. Mais comme le rendement est un facteur clé pour une exploitation rentable, il vaut mieux se fier à une technique éprouvée (éoliennes horizontales).

Pour des éoliennes de haute qualité, il faut compter dans la plupart des cas à partir d’environ 2.000 EUR par kW de puissance nominale.

En outre, ne vous fiez pas aveuglément aux indications des fabricants, mais demandez toujours l’avis d’un expert indépendant lorsqu’il s’agit de choisir une éolienne et de calculer sa rentabilité.

Contrairement aux installations photovoltaïques, par exemple, le rendement d’une éolienne de même taille peut varier énormément en fonction de nombreux facteurs. N’hésitez pas à demander conseil.

Question : Quels sont les coûts liés à l’obtention d’un permis ?

La législation en matière de construction d’éoliennes varie considérablement d’un Land à l’autre, de sorte que les frais et les coûts liés à l’obtention d’un permis de construire sont également très différents.

En règle générale, lorsqu’un grand nombre d’expertises sont demandées par le service de l’urbanisme, on peut s’attendre à des coûts considérables rien que pour la planification et l’autorisation. Mais cela peut varier considérablement d’un cas à l’autre.

Il faut en tout cas tenir compte de l’ombre portée et du bruit – ces deux éléments jouent souvent un rôle important dans les procédures d’autorisation.

  Fosse sceptique : quels sont les coûts ?

Question : Quelles sont les subventions possibles pour les installations éoliennes ?

Ce qui s’offre ici, par exemple, c’est une aide de la KfW via un prêt à taux réduit. Le produit d’aide correspondant est le crédit KfW n° 270 (« Erneuerbare Energien Standard »).

Une subvention pour les particuliers n’est toutefois toujours possible que si une partie de l’électricité produite est également injectée dans le réseau public.

Le crédit permet de couvrir 100 % des coûts d’investissement, les intérêts commencent à 1 % par an et varient en fonction du projet et du demandeur.

L’électricité produite peut être injectée dans le réseau.

Le tarif de rachat garanti pour l’électricité injectée dans le réseau public (actuellement environ 8,6 centimes d’euro/kWh) peut bien sûr être considéré comme une forme d’encouragement – même si l’on doit alors payer plus de 4 fois plus pour l’électricité prélevée sur le réseau. L’autoconsommation est donc certainement plus intéressante au vu de cette « promotion ». Une partie de l’électricité doit toutefois être injectée dans le réseau pour pouvoir bénéficier d’un prêt KfW.

Pour pouvoir injecter de l’électricité dans le réseau, il faut d’abord créer l’installation correspondante, si elle n’existe pas encore. Pour cela, il faut également compter des coûts qui se situent généralement dans une fourchette de 1.000 à 2.000 EUR.

Il n’est pas possible d’obtenir plus de subventions pour les petites éoliennes – si l’on veut obtenir beaucoup d’argent de l’État, il faut déjà installer une « vraie » éolienne. L’Etat considère comme petite éolienne, qui n’est de toute façon pas particulièrement éligible, toute éolienne d’une puissance inférieure à 100 kW.

L’importante subvention accordée aux parcs éoliens (actuellement environ 2 à 3 milliards d’euros par an) devrait également être considérablement réduite à l’avenir, certains groupes politiques demandant même qu’elle soit totalement supprimée le plus rapidement possible. Dans de nombreux domaines, les subventions sont certainement excessives – dans d’autres, en revanche, elles sont absolument nécessaires pour que les éoliennes existantes continuent à être exploitées.

La fin de l’aide accordée par la loi sur les énergies renouvelables menace la pérennité économique de près d’un quart des éoliennes existantes dans un avenir proche.

Question : les éoliennes sont-elles vraiment rentables dans le secteur privé ?

Il est difficile de le dire de manière générale. En principe, il est certain qu’une éolienne de 5 kW ne permet en aucun cas d’obtenir un « rendement », comme c’était le cas pour les premières installations photovoltaïques.

Mais on peut tout à fait couvrir une grande partie de ses besoins en électricité avec cette méthode. La rentabilité de cette méthode – surtout en comparaison avec d’autres méthodes – ne peut être calculée qu’au cas par cas, sur la base de données concrètes. Un tel calcul de rentabilité devrait également constituer la base de décision inconditionnelle pour un achat ou une renonciation à un achat.

Étiqueté dans :

, ,