Si des bactéries ont réussi à pénétrer à l’intérieur de la dent et ont entraîné une infection du tissu nerveux, un traitement de canal (endodontie) peut souvent sauver la dent : (Traitement dentaire). La caisse d’assurance maladie ne prend pas toujours en charge les coûts de ce traitement, qui en vaut pourtant la peine. Vous trouverez dans cet article les dépenses qui vous incombent, comment se déroule l’intervention, généralement indolore, et de nombreuses autres informations.

Quand la caisse d’assurance maladie paie-t-elle les frais de traitement de racine ?

Contrôle des coûts : ce traitement n’est pris en charge par l’assurance maladie qu’avec certaines restrictions. Les caisses d’assurance maladie légales ne prennent en charge les frais que si la dent est considérée comme digne d’être conservée. C’est le cas lorsque les canaux radiculaires peuvent être nettoyés en profondeur et de manière approfondie. Ce n’est qu’alors que l’obturation complète de l’extrémité de la racine est possible, ce qui est une condition préalable à la prise en charge des frais.

Pour les molaires, cette réglementation est encore plus restrictive. Ici, la caisse de maladie ne paie les frais de traitement de racine que dans ces cas :

  • Il est possible d’obtenir une rangée de dents fermée.
  • La rangée de dents serait raccourcie d’un côté vers l’arrière, ce qui signifie que la dernière dent de la mâchoire manquerait.
  • La dent concernée porte une prothèse dentaire déjà existante et encore fonctionnelle (prothèse).

Si ces points ne s’appliquent pas, une dent n’est pas considérée comme digne d’être conservée. L’extraction est alors prévue comme prestation de l’assurance maladie. Néanmoins, il est souvent conseillé de choisir malgré tout un traitement de canal radiculaire, même si vous devez payer les frais entièrement de votre poche selon le barème privé.

Quand dois-je payer moi-même les frais de traitement ?

Contrôle des coûts : Parfois, les patients ont des dents avec des racines fortement courbées ou des canaux radiculaires qui se terminent en aveugle. Si les conditions anatomiques sont si difficiles ou si elles entraînent des complications, les caisses d’assurance maladie obligatoires ne prennent généralement plus en charge les frais de traitement radiculaire.

  Combien coûte l'élimination d'un tartre inesthétique ?

Malheureusement, de nombreux procédés qui pourraient assurer le succès du traitement ne sont pas non plus inclus dans le catalogue de prestations de l’assurance maladie et doivent être facturés par votre dentiste en tant que prestation privée. Il s’agit en particulier des cas suivants :

  • Microscope opératoire pour une meilleure vision en cas de racines très courbées ou de bouchons de canaux.
  • La mesure électronique de la longueur des racines.
  • Des irrigations spéciales pour désinfecter les canaux radiculaires.
  • Matériaux d’obturation chauffés thermiquement pour l’obturation complète des canaux les plus fins.

Combien coûte le traitement de canal ?

Vérification des coûts : comme le montrent les explications ci-dessus, ce traitement est relativement coûteux. Il n’est donc pas possible de chiffrer précisément ce qu’il coûte, car les coûts dépendent fortement des circonstances individuelles.

Ils sont influencés par :

  • la complexité
  • la durée
  • les instruments utilisés
  • ainsi que les honoraires du dentiste.

Si la dent est conservée, la caisse de maladie paie souvent à 100%.

Si la dent est conservée, la caisse de maladie paie souvent 100%.

Si la dent est jugée digne d’être conservée par le dentiste, la caisse d’assurance maladie paie, sous certaines conditions, ce que l’on appelle le tarif de caisse et prend en charge les frais de traitement à 100 %.

En revanche, les caisses ne prennent pas en charge de nombreuses prestations supplémentaires, comme par exemple la pose d’une couronne dentaire dans un matériau plus esthétique si elle s’avère nécessaire. C’est pourquoi vous ne pouvez souvent compter que sur la subvention fixe comprise entre 280 et 650 euros, même pour une dent qui mérite d’être conservée.

Selon la procédure de traitement, il faut payer jusqu’à 450 EUR de participation personnelle, ce qui fait que les frais que vous devez payer pour une obturation de racine se situent entre 200 et 1 000 EUR.

Malheureusement, toutes les assurances dentaires complémentaires ne prennent pas en charge l’intégralité des frais de traitement de racine. Les conditions contractuelles indiquent sur quelle subvention vous pouvez compter.

Une obturation de racine doit être ouverte une nouvelle fois. Est-ce que la caisse-maladie paie alors ?

Contrôle des coûts : les directives sont à peu près les mêmes que pour la première intervention. Ce traitement n’est pris en charge par la caisse que si l’obturation du canal radiculaire n’est pas marginale ou non étanche, ce qui doit ressortir clairement de la radiographie. Cela n’est toutefois valable que si l’un des points suivants est rempli :

  • Il reste une rangée de dents fermée.
  • Une situation de dégagement unilatéral peut être évitée grâce au traitement.
  • Une prothèse dentaire fonctionnelle est conservée.
  Combien coûtent les conseils nutritionnels ?

Si la radiographie révèle des modifications pathologiques de l’apex de la racine, les mesures chirurgicales, c’est-à-dire une résection de l’apex de la racine, sont prises en charge en premier lieu conformément au catalogue de prestations de l’assurance maladie obligatoire.

La caisse de maladie peut-elle refuser la prise en charge ?

La caisse de maladie peut aussi refuser la subvention.

La mutualité peut aussi refuser le subside.

Vérification des coûts : il existe différentes raisons pour lesquelles les caisses d’assurance maladie légales refusent de subventionner ce traitement. Un argument fréquent est qu’un traitement de racine a déjà été effectué et qu’il n’a pas donné les résultats escomptés. Même si l’on ne sait pas si l’intervention sera couronnée de succès, les caisses d’assurance maladie refusent souvent de prendre en charge les frais. De même, aucune dent voisine ne doit être menacée par le traitement de racine.

Pour ne pas avoir de mauvaise surprise financière, il est donc impératif de prendre contact avec votre caisse d’assurance maladie au préalable.

Quand un traitement de racine est-il utile ?

Vérification des coûts : le traitement du canal radiculaire est généralement la dernière possibilité de sauver sa propre dent. Le tableau ci-dessous explique quand il est nécessaire :

Quels sont les avantages d’un traitement radiculaire ?

Vérification des coûts : le traitement complexe et, si vous devez le payer vous-même, coûteux, en vaut vraiment la peine :

  • Votre propre dent est préservée et reste fermement en place.
  • Même si elles doivent être couronnées, les dents naturelles sont un plus sur le plan esthétique.
  • Si un bridge s’avère nécessaire, la dent naturelle offre le meilleur soutien pour celui-ci.

Les experts s’accordent à dire que chaque année pendant laquelle une dent ayant subi un traitement radiculaire rend service est un gain en termes de qualité de vie. Un traitement radiculaire réussi permet de sauver la dent pour des années, voire des décennies dans de nombreux cas. Il existe donc de nombreuses raisons en faveur du traitement radiculaire, même si l’assurance maladie ne doit pas financer la tentative de thérapie.

  Allergique ou non : combien coûte un test d'allergie ?

Dois-je toujours faire une radiographie ?

Vérification des coûts : étant donné que les caisses d’assurance maladie ne remboursent les frais de traitement radiculaire que si la dent peut être conservée, vous devriez toujours faire réaliser une radiographie. C’est le seul moyen pour le dentiste traitant d’évaluer et de documenter le succès du traitement.

Comment se déroule le traitement radiculaire ?

Vérification des coûts : le traitement nécessite plusieurs visites chez le dentiste, car différentes étapes sont nécessaires pour sauver la dent :

  • Dans un premier temps, le dentiste élimine les éventuelles caries sous anesthésie locale et expose l’intérieur de la dent.
  • À l’aide de limes très fines, il agrandit le canal, enlève les tissus et élimine ainsi les germes qui auraient pu se loger dans les parois des cellules.
  • Il procède ensuite à un rinçage avec des désinfectants afin d’éliminer tous les agents pathogènes.
  • Pour finir, le dentiste applique un médicament et obture d’abord provisoirement l’ouverture.

En cas d’inflammation très tenace, ces étapes de traitement peuvent être nécessaires plusieurs fois. Le dentiste vérifie le succès du traitement au moyen d’une radiographie avant d’obturer le canal radiculaire avec une obturation étanche. Ensuite, la dent est dotée d’un inlay ou restaurée avec une couronne.

Quels sont les appareils techniques utilisés ?

Contrôle des coûts : la mesure exacte des canaux radiculaires garantit le succès du traitement. La détermination électrométrique de la longueur est la méthode de mesure la plus sûre et offre une précision maximale.

Un traitement au laser permet d’assurer la sécheresse nécessaire et l’absence de germes dans le canal radiculaire. Celui-ci est ensuite nettoyé aux ultrasons ainsi qu’avec des solutions de rinçage spéciales.

Étiqueté dans :

, ,